MÉTIERS DU WEB – Référenceur : l’évolution d’un vrai métier

0

En 10 ans, le métier de référenceur a évolué. Pour obtenir un bon positionnement, on insiste toujours sur une technique irréprochable, le contenu riche et informatif et sur les liens de bonne qualité. En revanche, tous les référenceurs s’accordent sur un point : l’importance toujours plus grande des autres compétences du digital, qu’ils doivent appréhender dans leur globalité.

Il faut donc avoir une bonne connaissance du webmarketing et de la création de contenu. Si les compétences du référenceur étaient autrefois très standard, elles dépendent aujourd’hui de la situation de chaque professionnel, le secteur d’activité, le fait d’être in-house ou en agence, la volonté d’être spécialisé ou généraliste sont autant de variables impactant les compétences nécessaires pour un bon référenceur.

Des outils de plus en plus puissants pour les référenceurs

Référenceur, un métier en constante évolution - Le JDW - Agence Versus Communication BruxellesHeureusement, les référenceurs sont de mieux en mieux équipés pour travailler. Il n’a jamais été aussi simple d’analyser le comportement d’un moteur de recherche ou de trouver des expressions clés : analytics, analyse de backlinks, crawlers, analyseurs… Outre l’acquisition des compétences de base du SEO et celle des compétences annexes, les référenceurs doivent aujourd’hui maîtriser de nombreux services pour comprendre les situations et obtenir de bons résultats.

Les mises à jour Google les plus marquantes

La carrière d’un référenceur est bien évidemment marquée par les mises à jour de Google. Les algorithmes évoluent sans cesse, mais certaines dates et certains noms d’oiseaux résonnent encore dans les esprits des SEO.

2010 – Caffeine : ce système de crawl a permis à Google de « ratisser plus large ». Mais il a également eu pour conséquence de favoriser le spam. Le moteur de recherche se devait de réagir, d’où les mises à jour qui ont suivi. Avec cette mise à jour, c’est toute la structure d’indexation et de fonctionnement du moteur qui a évolué et qui pouvait impacter l’ordre des choses : classement, temps d’indexation, qualité des résultats, compréhension des pages et des sites. De façon invisible c’est probablement la mise à jour de Google qui a eu le plus gros impact sur le travail du SEO.

2011 – Panda : ce filtre a appris aux référenceurs à désindexer et à ne montrer à Google que le contenu de bonne qualité.

Google Penguin - Le Journal du web - agence de référencement2012 – Penguin : son impact a été très fort car c’est la première fois qu’une mise à jour touchait autant de sites et ce, dans toutes les thématiques. Les référenceurs n’avaient aucun repère et il était bien difficile d’y voir clair sur ce qui était arrivé : certaines pratiques en termes de production de contenus ou de netlinking, très efficaces jusqu’alors, ont été fortement pénalisées mais sans remettre en cause les fondamentaux du SEO.

2013 – Hummingbird (Colibri) et RankBrain (2015) : les référenceurs s’accordent également sur l’importance de Colibri et RankBrain, et estiment qu’il est intéressant d’isoler ces algorithmes pour bien saisir l’importance des concepts de « sémantique » et de « machine learning » dans le domaine du Search. Ces deux mises à jour sont celles qui doivent le plus être prises en compte par les professionnels du SEO aujourd’hui car elles changent la donne : on est passé d’une vision statistique du contenu à la sémantique de la rédaction, l’avènement du champ lexical et de la richesse sémantique.

Quel avenir pour le référenceur ?

En 2027, les réseaux sociaux auront définitivement tué le SEO. Mais d’ici là, le SEO restera le premier levier d’acquisition de trafic ciblé.
Dans l’avenir proche le SEO ne changera pas fondamentalement, il évoluera en s’adaptant aux technologies comme il l’a fait depuis 10 ans, mais pour un site web le but sera toujours de plaire aux moteurs en cherchant à répondre avant tout aux internautes.
Les SEO estiment donc qu’ils devront continuer à s’adapter aux mutations du moteur de recherche et devront également toujours comprendre et prendre en compte l’évolution du comportement des internautes (mobile, recherche vocale…).
Idem pour les contenus des sites web : il ne fait aucun doute que ce sera encore plus dur d’être dans les premiers, si bien qu’il est indispensable d’être irréprochable sur tous les fondamentaux du référencement (aucun problème technique sur le site, que des pages de qualité quitte à en avoir moins qu’avant, des backlinks sérieux, etc.).

Alors pour être vu Google, mieux vaut faire appel à une agence de professionnels du référencement !

About Author

Le blog du Journal du Web vous informe sur le monde du référencement, du webmarketing, du webdesign, du digital et des nouvelles technologies

Comments are closed.