E-Commerce : quelles sont les tendances en B2B ?

E-Commerce : quelles sont les tendances en B2B ?

Sans surprise, la vente en ligne a peu souffert de la pandémie du Covid19. Les chiffres tendent même à démontrer le contraire avec une croissance de plus de 25 % rien que pour les États-Unis. En Europe, les statistiques indiquent que le B2B (transactions entre sociétés) profite aussi de la conjoncture. Voici les détails.

La vente en ligne interentreprises connaît une croissance rapide

Les achats en ligne entre entreprises se caractérisent par une croissance rapide. La quantité d’argent brassé est multipliée par deux tous les 5 ans. Selon Statista, le cybercommerce B2B pèse environ 12 200 milliards de dollars en 2019. Ce qui représente au moins le double du chiffre d’affaires global du B2C. La vente aux consommateurs directs s’appuie davantage sur l’économie d’échelle. Il faut écouler une importante quantité de produits à un nombre maximum de particuliers pour rester rentable. Dans le B2B, une seule société cliente peut parfois suffire. C’est le cas des fournisseurs dans le domaine de l’automobile ou l’aviation qui sont souvent tenus par une clause d’exclusivité. Autre particularité, les acteurs dans la vente interentreprises sont majoritairement des jeunes de moins de 30 ans. Certains experts estiment que la moitié du marché est contrôlé par des businessmen trentenaires. Ce qui prouve que les millénaux ont bien leur propre manière de faire du commerce.

Le B2B concerne essentiellement les services numériques dédiés aux millénaux

Les transactions en ligne entre entreprises concernent plusieurs domaines. Le secteur du génie logiciel constitue l’un des piliers du B2B. Les services à distance de type Saas ont aussi une part considérable dans les échanges. L’informatique demeure porteuse pour le cybercommerce entre les sociétés. Ces dernières investissent sur les meilleures technologies du moment (https://www.integral.be/fr/erp-commerce-electronique/) pour garder leurs performances et faire face à une concurrence sans merci. Cette course effrénée est due à plusieurs facteurs, dont les attentes des consommateurs finaux. En effet, les sociétés qui achètent les produits NTIC sont celles qui visent les jeunes de moins de 30 ans. Les enfants des années 2000 sont désormais des adultes qui ont des exigences distinctes des générations antérieures. Cela dit, d’autres catégories beaucoup plus classiques comme la vente de matière première en gros figurent aussi dans la liste des domaines les plus dynamiques en matière de « business to business » en ligne.

L’univers de l’e-commerce reste toujours dominé par la Chine

Pour 2020, la Chine garde son titre de première puissance économique mondiale avec un e-commerce générant 672 milliards de dollars. Les États-Unis sont sur la seconde marche du podium avec un chiffre d’affaires divisé par deux comparé au leader. Le Royaume-Uni est troisième, mais tient difficilement en place face à un Japon et une Allemagne très compétitifs. La France est au 6e rang parmi les pays les plus dynamiques en matière de ventes en ligne. Des nations émergentes telles que le Brésil figure aussi dans le top 10. La Corée du Sud demeure dans la course avec un marché saturé par les produits de mode. Les consommateurs locaux commandent beaucoup de vêtements sur Internet. À l’heure du Coronavirus, près de la moitié de la population des pays industrialisés a au moins acheté des denrées alimentaires sur la Toile.

jean